Pastoralisme vient du mot latin « Pastoralis » derivé du mot « Pastor ».

Le mot « Pastor » est le terme générique pour désigner la personne qui s’occupe de garder des animaux : vacher, berger, chevrier, porcher, ou gardien d’oies,etc.. Le pastoralisme est un mode d’exploitation fondé sur l’élevage extensif. Il regroupe l’ensemble des activités d’élevage. Par ses pâturages, il valorise les ressources forestières des espaces naturels. Ces surfaces pastorales assurent une partie ou toute l’alimentation des troupeaux.

 

 

 

 

 

 


Cartulaire de la vallée d'Ossau

Copie du traité de paix en Béarn signé en 1277
entre la vallée d'Ossau et Canfranc.
Sources: Archives des Pyrénées Atlantiques

Depuis des « temps immémoriaux »

Cette activité pastorale est depuis toujours une activité essentielle qui organise et enrichit les communautés et les vallées. Plusieurs traités de paix “lies et passeries” rédigés entre les communautés au Moyen âge et à l’époque moderne montrent la place importante de l’élevage dans les sociétés pyrénéennes. De nombreux cromlechs et d’autres monuments funéraires d’époque protohistoriques repoussent plus loin les origines du pastoralisme.


Les chiffres d’aujourd’hui

Dans les Pyrénées, 14% des exploitations agricoles pratiquent la transhumance : 4500 exploitations sur 650 000 ha (terres de la maison + estives).

 

Sources: https://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/Panorama-du-pastoralisme-pyreneen


Une relation homme-animal-nature

Les liens entre l’homme, l’animal et la nature sont au centre de l’activité pastorale.

Chez nous, l’activité pastorale est l’activité économique principale pour les vallées pyrénéennes. C’est cette activité qui influence/organise la vie quotidienne, la culture, l’économie des populations de montagne.


Quelques lois encadrent l’activité pastorale :

« Le maintien d'activités agricoles à prédominance pastorale est, en raison de la vocation générale du territoire, de nature à contribuer à la protection du milieu naturel, des sols et des paysages ainsi qu'à la sauvegarde de la vie sociale, des dispositions adaptées aux conditions particulières de ces régions sont prises pour assurer ce maintien. »
Code rural, art.113.2. Créé par Loi n° 72-12 du 3 janvier 1972 relative à la mise en valeur pastorale (dite loi pastorale), art. 1er, modifié par Loi n° 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux.

« Le pastoralisme et la forêt de montagne sont reconnus d'intérêt général comme activités de base de la vie montagnarde »
Code rural, art.113.1 Créé par Loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne (dite loi montagne), art .18, modifié par Loi n° 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux.


Transhumance : de l’hivernage l'estivage

Chaque année, en été, la vie en montagne est rythmée par la présence de troupeaux de vaches, de brebis, de chèvres et de juments. Le bétail est mené par les pâtres pour les faire paître pendant 3 à 4 mois ( de mai à octobre) dans les estives. Dans les Pyrénées et le Massif Central, les estives sont des prairies naturelles de plus de 10 ha. Elles s'appellent alpages dans les Alpes. Plusieurs raisons poussent les pâtres à transhumer, notamment pour la course à l’herbe toujours plus fraîche, pour la libération des terres pour faire du foin pour l’hiver.

 

Point de langue :

En français et en occitan les mots désignent des objets différents. Les cloches sont des instruments sonores en métal (bronze) que l’on trouve souvent dans les églises. Elles sont en métal fondu et se nomment "cloches" en français. Dans les troupeaux, on peut entendre des clarines qui sont des clochettes utilisées plutôt dans les Alpes. Le mot Sonnaille en français porte plus d’un nom en occitan en fonction de l’animal qui la porte, de la forme et du lieu d’utilisation de l’objet. En langue occitane, c’est l’utilisation qui donne le nom alors qu’en français, c’est le type d’objet.

Amontanhar : garder les troupeaux en montagne.

Amontanhà’s : partir en montagne – Sauta/sauda.

Amontanhada : temps que passent les troupeaux et les bêtes en montagne l’été l’estiu.

Estivada : durée de l’été.

Estivar : passer l’été en montagne.

Estiva : saison de travail d’été ; nom des montagnes où les troupeaux s’arrêtent un moment pour monter plus haut vers les hauts pâturages.